Acerca de

Informations à connaître

Avant votre première séance d'hypnose, il y a quelques informations essentielles à connaitre. J'ai listé ici les questions les plus fréquentes et regroupé ce qu'il faut savoir avant de prendre rendez-vous. Si vous avez d'autres questions, vous pouvez me contacter, je vous répondrai avec plaisir. Bonne lecture.

Quelles sont les différences avec l'hypnose que l'on voit à la télé ?

L’hypnose est associée aux clichés les plus grossiers, il est temps d’en savoir plus !

L'hypnose de spectacle a pour but le divertissement. Elle se doit d’être visuelle, c’est pourquoi elle est souvent impressionnante. L’hypnotiseur de spectacle est directif et la mise en scène laisse penser qu’il a un véritable pouvoir surnaturel sur “l’hypnotisé”. On est bien loin de la réalité, mais “ça fait le show” comme on dit.

De son côté, l’hypnose thérapeutique est un outil d’aide au changement. Un outil puissant, mais il s’agit en réalité de la puissance de la personne qui vient consulter. Le rôle de l’hypnothérapeute, par son savoir-faire, est juste d’amener la personne à activer cette puissance et de l’accompagner vers le changement désiré.

J’utilise principalement l’approche Ericksonienne qui est permissive contrairement à l’hypnose de spectacle. Vous vous posez peut-être la question : en hypnose Ericksonienne, pas question d’hypnotiser par le regard comme on voit à la télé. L’état d’hypnose est induit par des suggestions que la personne veut bien accepter.

Qu’est ce que l'état d'hypnose concrètement ?

L’état d’hypnose est un état naturel. Vous ne vous en rendez peut-être pas compte, mais vous êtes en état d’auto-hypnose toutes les ½ heure environ. Vous savez, c’est quand vous êtes “dans la lune”, le regard fixe, plongé dans votre monde intérieur.

En séance, je vous accompagne de façon à induire chez vous un état d’hypnose, qui est en fait toujours un état d’auto-hypnose. Chaque état d’hypnose est unique et personnel et je m’adapte aux évènements tout au long de la séance.

Contrairement aux croyances populaires, l’état hypnotique n’est pas un état de sommeil. Loin de l'inconscience, il s’agit en réalité d’un état d’hyperconscience.

On parle d’état de “conscience modifié”. Cela veut dire que les perceptions changent : on se plonge de plus en plus à l’intérieur de soi et on est encore plus présent en soi.

En quoi cela peut-il m'aider ?

L’état hypnotique ouvre la porte de l’inconscient. Et l’inconscient est un vivier infini de ressources insoupçonnées. Autant dire que cela est très utile à un changement ou à un apprentissage ! Le champ des possibles s’en trouve élargi et des solutions peuvent émerger facilement.

Dans cet état d’hypnose, l’égo est plus diffus, voir absent et les émotions et le ressenti prennent plus de place. Cela permet de vivre un moment particulier et ainsi de se ressourcer. L’hypnose ne nous change pas mais, nous changeons en état d’hypnose. Le monde perd sa solidité apparente et devient malléable pour permettre le changement.

Le champ d’application est infini : confiance en soi, insomnie, peur, colère, état dépressif, stress, addiction, troubles alimentaires (gestion du poids), phobie, acouphènes, douleurs chroniques, apprentissage, concentration, performance sportive, atteinte d’un objectif personnel ou professionnel, difficultés sexuelles, énurésie, etc.

Pourquoi ça marche ?

Cela marche, car en état hypnotique vous êtes illimité. Les résistances sont contournées, des portes encore inconnues s’ouvrent, bien au-delà de votre état de conscience habituel. Des “miracles” deviennent alors possibles et prennent parfois des formes inattendues. De belles surprises en somme.

L’état d’hypnose demande parfois un certain entraînement avant d’être pleinement vécu et je vous accompagne pour cela.

L’hypnose agissant au niveau inconscient, les changements sont parfois instantanés. Et parfois progressifs, se déployant dans les heures, jours et semaines à venir. Comme ci cela infusait ou incubait gentiment.

Ce qui est amusant, c’est que le changement s’installe parfois à notre insu. On le découvre “en retard”. Je pense par exemple à une personne qui avait une phobie de l’eau et qui, quelques semaines après notre séance s'est offert un voyage en Egypte pour plonger avec des requins ! A sa grande surprise, elle a découvert son envie profonde d'aventure. Ou encore, une autre personne qui ne pouvait s'empêcher de grignoter, ne s'était pas rendu compte qu'elle n'allait plus vers son placard à gourmandise, ce sont ses proches qui lui ont fait remarquer les changements.

Bien sûr, parfois cela ne marche pas. L’hypnose n’a pas la prétention d’être systématiquement efficace. Quand quelque chose ne marche pas, il faut simplement le reconnaître, en tirer les enseignements et modifier l’orientation de l’accompagnement.

Est-ce que je perds le contrôle ?

Contrairement à l’idée reçue qui est d’associer l’état hypnotique au sommeil, l’hypnose est en fait un état où vous êtes actif. Si d’aventure quelque chose ne vous plaisait pas pendant une séance, vous pourriez choisir de l’ignorer. Il est important de savoir que les suggestions de l’hypnothérapeute ne peuvent pas aller contre les valeurs d'une personne.

Dans un état de transe hypnotique, si on vous demandait de manger un oignon, vous ne le mangerez pas. Ce genre de suggestion n’a de toute façon aucune place dans mon cabinet, rassurez-vous !

Est-ce que je vais me souvenir de la séance ?

Le temps passe différemment en état d’hypnose, 1h pourrait sembler 5 minutes. En sortie de séance, les souvenirs seront parfois nébuleux. Et c’est une bonne nouvelle : cela permet au conscient de ne pas interférer avec le travail effectué par l'inconscient. Néanmoins, si il y a quelque chose d’important qui s’est produit durant la séance dont vous devriez vous souvenir consciemment, vous vous en souviendrez.

Comment se passe une séance ?

Après des échanges pour établir le contact, j’identifie avec la personne toutes les informations utiles pour définir précisément son objectif et préparer l’accompagnement.

Je m’assure toujours de la pertinence de mon accompagnement avant de commencer la pratique de l’hypnose thérapeutique. Le cas échéant, je peux réorienter le consultant vers un autre spécialiste (par exemple, s'il me semble que la piste médicale n’a pas été explorée suffisamment ou simplement que cela sort de mon champ de compétences).

J'utilise l'approche hypnotique seulement si c'est la meilleure chose à faire d'un point de vue stratégique. Si c'est la cas, j’accompagne la personne dans état de transe hypnotique unique et personnel. Dans cet état, je la suis et la guide pour qu’elle active ses ressources intérieures utiles aux changements souhaités. C’est dans cette phase que les changements de perceptions commencent/arrivent et que les solutions surgissent de façon inconsciente.

Après la séance et les jours qui suivent, les graines semées au niveau inconscient vont pouvoir continuer de germer. Dans cette même optique, je fais parfois des prescriptions de tâches pour renforcer le travail jusqu’à la prochaine séance.

“Thérapies brèves”, c’est-à-dire ?

Et en tant que spécialiste en thérapies brèves, je suis sensible au temps : la thérapie brève vise au soulagement le plus rapide, le plus complet, le plus durable et de la façon la moins envahissante possible.

Est-ce que cela marche à chaque fois ?

Bien sûr que non. Mais pour ce qui est des données chiffrées, le taux de réussite pour l’arrêt du tabac par exemple est de 70% avec l’hypnose contre 23% pour les médicaments et 7% avec un tabacologue.

Parfois, je peux ne pas être le bon interlocuteur pour vous ou votre demande peut sortir de mon champ de compétence, tout simplement. Dans ce cas, je tâcherai de vous orienter au mieux vers un autre praticien.

Comment prendre rendez-vous ?

Vous pouvez m’appeler au 07.49.19.20.50. Je vous accueille du lundi au vendredi jusqu'à 18h et le samedi matin.

D’autres choses à savoir ?

Il est utile de noter que mon but est de vous accompagner vers le changement. Je ne pratique pas d’analyses comme une psychanalyste par exemple. Je ne fais pas de diagnostique et je ne propose pas de traitement.

Limites et contre-indications de l’hypnose

Certaines situations doivent inciter à la prudence, voire même à éviter un soin par l’hypnose éricksonienne. Ce sont, par exemple, les psychopathologies, les troubles graves de la personnalité, la schizophrénie, les états de mélancolie, et la paranoïa.

Si l’hypnose est utilisée dans ces circonstances, elle ne sera qu’un élément de la réponse thérapeutique. Elle est alors intégrée dans un soin plus complexe d’ordre médical, ou psychiatrique.

De plus, il est clair que l’hypnothérapeute n’est ni médecin, ni psychologue, ni psychiatre, ni psychothérapeute. Il ne fait donc pas de diagnostics, ne soigne pas et ne guérit pas. Ses prestations ne prétendent en aucun cas se substituer à un acte médical ou à des prescriptions médicamenteuses.

Les séances d’hypnose s’inscrivent uniquement dans une démarche de bien-être. Elles ne dispensent pas de consulter un professionnel de la santé, chaque fois que cela est nécessaire.

Toute question relevant du domaine médical est à poser à votre médecin traitant.

Se rencontrer